Skip to content

Les Carnets De Cerise Critique Essay

On a aimé• Un univers génial• Une aventure très réussie• Le dessin superbe

On a moins aimé• Des dialogues parfois un peu trop littéraires• Voir spoiler après lecture de la bd

Les Carnets de Cerise est un des plus beaux succès bd de ces derniers années. En terme de vente (le premier tome continue d'être dans les top de vente), mais aussi en terme de qualité, tant Joris Chamblain et Aurélie Neyret nous offrent une bande dessinée intergénérationnelle de qualité, pleine de douceur et de poésie.

Le quatrième tome est paru il y a peu, et, si les tomes 2 et 3 étaient légèrement en dessous de la magie du premier volume, il se pourrait que ce nouvel opus les surpasse tous, tant il est réussi.

La déesse sans visage.

Cerise fête ses douze ans. En cadeau, sa mère l'emmène une semaine en vacances près de la mer. Mais ce n'est pas tout, elle a prévu une activité qui devrait lui plaire : le Manoir aux cent mystères, un endroit où l'on doit résoudre des énigmes.

Si le programme est déjà alléchant, Cerise n'est pas au bout de ses surprises... Ce qui devait être un moment d'apaisement entre la mère et la fille va s'avérer riche en émotions fortes et en révélations.

Une héroïne qui grandit... et le récit aussi !

En même temps que Cerise gagne une nouvelle année, la série évolue. On l'avait rencontrée alors qu'elle avait 10 ans et demi, elle en a maintenant douze, et les auteurs racontent subtilement, entre les lignes, les changements qui s'opèrent en elle. On retrouve avec plaisir les personnages des tomes précédents (dont quelques jolies surprises !), qui eux aussi ont changé, évolué avec le temps. On croise aussi de nouvelles têtes, qui viennent encore enrichir le récit. Si la structure de l'histoire, entre enquête et relations entre les personnages récurrents, reste la même que pour les tomes précédents, ce nouvel opus gagne en densité, avec une histoire particulièrement prenante, très poétique et riche en rebondissements. Il faut le dire, si Les Carnets de Cerise a toujours été une série jeunesse de grande qualité, on passe ici au niveau supérieur avec une émotion et une originalité encore plus réussies.

On note avec plaisir que l'histoire et les dialogues sont vraiment adaptés aux jeunes lecteurs (à partir de neuf-dix ans) comme aux grands (les adultes sont nombreux à se délecter de cette série aussi). On peut saluer les dialogues de Joris Chamblain qui, même s'ils sont parfois un tantinet trop littéraires pour sonner parfaitement naturel, offrent aux jeunes lecteurs, à qui on propose souvent des textes simplifiés au maximum, une langue riche et belle. Ce nouveau récit est tout en subtilité. Les auteurs, parfaitement à l'aise dans le petit monde auquel ils ont donné naissance, prennent leur temps. Plus exactement, ils laissent le temps au lecteur de s'immerger à nouveau dans l'ambiance particulière de la série, de retrouver des personnages auxquels on s'est attaché au fil du temps. Ils nous laissent nous aussi nous promener à travers le Manoir aux cent mystères, tenter de résoudre l'énigme, tout en profitant de l'air marin, et de la douceur de vivre de ces vacances. En fait, lire Les Carnets de Cerise, et notamment ce tome, c'est à la fois suivre une aventure, et vraiment vivre un petit voyage, tout simple mais si précieux.

Le dessin d'Aurélie Neyret, que l'on peut admirer dès la sublime couverture, est de plus en plus beau, riche, plein de douceur. C'est vraiment un régal de se plonger dans chaque page, qui du dessin aux couleurs sont réussies de bout en bout. Les personnages sont croqués avec beaucoup de justesse, ce qui les rend très touchants, les décors sont magnifiques (préparez-vous à vous régaler dans le manoir), et les ambiances, de jour comme de nuit, nous donnent vraiment l'impression d'avoir vécu ces vacances en compagnie de Cerise. Les plans choisis, la construction des pages, mais aussi les passages un peu particuliers (comme les pages du carnet qu'utilise Cerise pour noter les moments importants, qui apportent des respirations, un ton très intime, mais aussi beaucoup d'informations qui ne pourraient pas être amenées en bd), tout permet de se régaler. Le duo fonctionne vraiment bien, le dessin de l'une fait écho aux mots de l'autre, on se sent à l'aise, comme en visite chez quelqu'un qu'on aime beaucoup.

Ce quatrième Les carnets de Cerise est une très jolie réussite. Un tome plein d'émotions, de douceur et de mystères. Une nouvelle enquête riche en surprises, avec des personnages touchants et un dessin absolument superbe. Le succès de la série est plus que mérité, tant cette histoire peut s'adresser aux jeunes lecteurs comme aux adultes avec intelligence, douceur et malice.

Mon seul véritable bémol est en demi-teinte, mais surtout un gros spoiler. Pour ne pas vous gâcher le plaisir et les révélations de ce tome, mieux vaudra vous réserver la lecture de ce paragraphe pour après votre lecture de la bd. Dans ce nouveau tome, la question de l'homosexualité est abordée. Avec naturel et simplicité, si l'on se place à hauteur d'adulte. Il est (malheureusement) vraiment rare aujourd'hui de voir représentée l'homosexualité dans des oeuvres de fiction, d'autant plus de manière naturelle et positive, et encore plus dans une oeuvre à destination de la jeunesse. Et pour cela, on peut féliciter les auteurs, et Métamorphose. Cependant, si le caractère de la relation des personnages en question est limpide pour un lecteur adulte, il n'est jamais réellement posé de mots dessus. Dans une société où l'amour non-hétérosexuel est complètement invisibilisé, un jeune lecteur n'aura pas forcément toutes les clés pour comprendre qu'il s'agit d'une histoire d'amour, et passera peut-être à côté du message pourtant si intelligent et nécessaire qui se trouve dans ce tome. Est-ce là une volonté de rester subtil ? On pourra regretter que ce flou masque en partie un discours positif.

Auteurs & Mots clés

Aurélie Neyret, Joris Chamblain, Soleil, Métamorphose,


Cerise grandit, elle vient de souffler ses douze bougies et cette année, sa maman lui a concocté un cadeau d’anniversaire vraiment particulier, une belle surprise avec tous les ingrédients qui feront le bonheur de sa jeune adolescente. Au programme, des vacances au bord de l’océan, en tête à tête, pour se retrouver et renforcer les liens mère-fille, mais pas n’importe où, à proximité du Manoir aux cent mystères. Cette demeure énigmatique perchée sur une falaise, c’est un peu le Disneyland des chasseurs d’indices, alors imaginez dans quel état cela va mettre notre petite enquêtrice. Mais une fois sur place, la réalité va venir se mêler à la fiction et des énigmes qui vont se présenter sur le chemin de Cerise vont naître d’autres mystères. L’orage gronde, les choses se bousculent et il y a de l’électricité dans l’air.

Petit à petit, Joris Chamblain fait basculer l’univers frais et léger qu’il construit album après album vers une histoire beaucoup plus sensible et complexe. Dans ce nouvel opus, les vacances et le changement d’air pour Cerise et sa mère vont être un excellent prétexte pour lever le voile sur des tensions et des blessures enfouies profondément. Mais à côté de cela, on retrouve tout de même la bonne humeur de la série, l’énergie des personnages et les rouages d’un scénario bien maîtrisé. Le dessin d’Aurélie Neyret est toujours aussi soigné, délicat et vivant et le métissage bande dessinée et carnet intime dynamise à merveille la lecture de cet album. Ce nouveau rendez-vous avec les Carnets de Cerise ne décevra pas les fans de la série, loin de là ! À l’approche de la fin du premier cycle, on peut imaginer que beaucoup d’entre eux attendront avec une certaine fébrilité le cinquième volume qui devrait arriver d’ici une petite année… si le rythme de publication est maintenu.

Tags
Aurélie NeyretenquêtefamillejeunesseJoris ChamblainsérieSoleilvacances